dimanche 26 mai 2013

QU'APPORTE L'UA AUX AFRICAINS?

(IDI au sommet UA, 25.05.2013)
Ce dimanche 26 mai 2013, l'organisation de l'unité africaine devenue l'union africaine a 50 ans révolus. En 50 années d'existence, l'OUA/UA semble n'être pas une organisation dynamique. Elle chancelle encore comme un enfant qui a 3 ou 4 ans mais a du mal à marcher. L'indépendance politique, l'autonomie économique, le développement des infrastructures, etc.; l'énergie, l'eau, la santé, l'éducation ...restent des grands défis pour la plus grande des orrganisations africaines.

mercredi 22 mai 2013

NECROLOGIE, MOUSSA IDRISS NDELE A TIRE SA REVERENCE


 
L'ancien président du parti panafricain, le vice-président du Mouvement patriotique du salut (MPS), parti au pouvoir au Tchad, le 1er vice-président de l'assemblée nationale, Moussa Idriss Ndélé Yayami a disparu dans un accident de la voie publique, le 19 mai 2013. Alors qu'il se trouvait lui-même au volant de sa voiture, en pleine circulation, il aurait eu un arrêt cardiaque, s'était subitement rabaissé sur le volant, ce qui a fait bondir la V8 qui est allée renverser plusieurs personnes qui se trouvaient dans les parages du lieu de l'accident. Il y aurait eu au moins quatre (04) morts surplace, rapportent des témoins. Le Tchad est donc en deuil. Le président Idriss Déby a décrété un deuil national de 02  jours, les 20 et 21 mai 2013. Ce mercredi 22 mai, des funérailles nationales ont lieu à la place de la Nation, pour rendre un ultime hommage à l'illustre disparu. Paix à son âme.

mardi 21 mai 2013

Sénégal: Expulsion d’un blogueur tchadien (REED BRODY, HRW)


(MAKAÏLA NGUEBLA)
Résident dakarois de longue date, Makaila Nguebla avait émis des critiques à l’encontre des autorités du Tchad

(Nairobi, le 10 mai 2013) – L’expulsion par le gouvernement sénégalais du journaliste et blogueur tchadien Makaila Nguebla est une atteinte à la liberté d’expression, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Le 7 mai 2013, les autorités sénégalaises ont interrogé Makaila Nguebla sur le contenu de ses blogs et sur sa correspondance avec un journaliste tchadien qui a été arrêté dans le cadre d’une série de mesures répressives prises récemment au
Tchad. Puis elles l’ont expulsé sommairement vers la Guinée. Makaila Nguebla avait fréquemment critiqué le gouvernement tchadien dans ses écrits.

« L’expulsion de Nguebla est un acte décevant de la part d’un pays ouvert et démocratique comme le Sénégal », a déclaré
Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. « Nous sommes préoccupés en particulier par le fait que

lundi 20 mai 2013

BREF APERCU SUR LA SITUATION ACTUELLE AU TCHAD (par SALEH KEBZABO)


SALEH KEBZABO
Depuis le 1er mai 2013 dans la soirée, des arrestations à caractère politique sont effectuées au Tchad, aussi bien dans les milieux de la majorité que de l’opposition, ainsi que dans la société civile.

 
Sur les faits eux-mêmes, le Gouvernement a d’abord annoncé avoir éventé une tentative de putch, puis il a reculé en évoquant une tentative de déstabilisation du système en place. Le cerveau de l’affaire, un certain Moussa Tao Mahamat, est un ancien rebelle rallié depuis quelques années au pouvoir de N’Djaména. Il  a rédigé et tenté de diffuser un long communiqué appelant à un soulèvement populaire. La police aurait saisi chez lui une liste d’une vingtaine de personnalités appelées à jouer un rôle avec lui en cas de prise de pouvoir. Tout est parti de là. Or, le gouvernement affirme suivre l’affaire depuis  quatre mois : s’agit-il d’une manipulation ?

mardi 14 mai 2013

LES FATIM SONT DE RETOUR

Photo armée tchadienne
Les forces armées tchadiennes en intervention au Mali (FATIM) ont regagné en partie, hier, lundi 13 mai 2013 leur pays. Plus de 700 militaires, à bord de 400 véhicules blindés ont défilé à la place de la nation. Les soldats de la liberté ont été triomphalement accueillis par les tchadiens. A l'occasion, le président Déby a décrété la journée de ce lundi fériée, chômée et payée sur l'étendue du territoire. Elle sera désormais une journée de commémoration pour les 38 soldats tchadiens tués dans cette guerre du Mali par les terroristes et les 85 blessés. Le général Bénaindo Tatola, ministre de la défense, a réaffirmé que le Tchad a, au cours d'une rude bataille le 21 février 2013 tué les deux chefs terroristes, Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeid. Les quelque 1300 soldats qui sont encore restés au Mali seront intégrés dans la future force onusienne de maintien de la paix au Mali ou bien vont-ils regagner le bercail? La question demeure posée. FD

vendredi 10 mai 2013

TRIPLE SOMMET ABN, CILSS, APGMV AU TCHAD

(Photo: site de la présidence tchadienne)
N'Djamena accueille, ce samedi 11 mai 2013 un triple sommet Autorité de Bassin du Niger (ABN), Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV) et CILSS. Les chefs d'Etat des pays membres de toutes ces organisations commencent à fouler le sol tchadien, à l'exemple du président malien de transition, Dioncounda Traoré accueilli ici par le président Déby. Le contenu du sommet n'est pas dévoilé, mais on s'étonne qu'un sommet se tienne en une seule journée pour examiner des questions importantes concernant 3 organisations importantes que sont l'ABN, le CILSS et l'APGMV. Un proverbe dit cependant, ''si l'éléphant mange les épines, c'est qu'il a confiance en son anus''.

USA, ARIEL CASTRO, LE SATAN PERSONNIFIE

(Photo site VOA)
Il n'y a d'autre qualificatif que celui de ''Satan personnifié'' pour désigner Ariel Castro, ce type qui a séquestré trois filles pendant dix ans aux USA. On se demande bien, comment est-ce possible? Comment, pendant 10 ans, des filles doivent être tenues prisonnières par un individu? Dans le pays des libertés et des droits de l'Homme, les USA, il se passe aussi des choses horribles. On dirait dans un conte de fée ou dans une légende de la mythologie grecque! Il fut une fois, un homme, chauffeur, du nom d'Ariel Castro prit en otage 3 filles qu'il viola à sa guise, qu'il força à accoucher à sa guise lorsque l'une d'elle tomba enceinte. Dieu n'est pas fou. Alors qu'il croyait tenir éternellement en esclaves les 3 filles, le cri de secours et de détresse monta, le voisin alerté intervint et les 3 filles furent sauvées. Ce n'est pas un conte de fée, c'est une réalité. J'annule donc l'emploi du passé simple pour demander, à vous, que vouliez-vous qu'on fasse d'un tel homme?

ARRESTATIONS AU TCHAD, AU COEUR DU DEBAT, LE JUGEMENT DE H.H

(Photo, site présidence Tchad)
Certains observateurs de la vie politique tchadienne croient savoir que les arrestations en cours au Tchad s'expliqueraient par le procès Habré à Dakar. Parmi les personnes arrêtées ou qu'on tente d'arrêter, figurent celles qui vont témoigner à charge et à décharge dans le procès Hissein Habré, ce dictateur qui a dirigé le pays par une main de fer de 1982 à 1990. Même si son tombeur, Idriss Déby a bien fait de le débarrasser du Tchad un 1er décembre 1990, il va s'en dire que IDI (Idriss Déby Itno), comme on l'appelle affectueusement n'avait pas eu les mains propres, lui qui avait pendant longtemps collaboré avec le dictateur Habré, étant à un moment donné son chef d’État major. L'histoire est têtue, mais c'est l'histoire et on ne peut pas la refaire. On accuserait même M. Déby d'avoir été le chef d'orchestre du massacre des cadres sudistes dans la partie méridionale du pays en 1984, événement baptisé ''septembre noir''. Alors, pourquoi Déby panique-t-il?

jeudi 9 mai 2013

IDRISS DEBY JUSTIFIE LES ARRESTATIONS DES OPPOSANTS ET DES JOURNALISTES

(Photo site la présidence tchadienne)
Le Président Idriss Déby Itno a rencontré le mercredi, 08 mai 2013, la classe politique et la société civile pour donner sa version des faits des récents événements survenus et en cours au Tchad. Car, lorsque le ''complot'' était déjoué le 01 mai 2013, il était en villégiature au Nord du pays. Il n'a pu regagner N'Djamena que cinq jours plus tard. Le président qui a réfuté la thèse de coup d’État parle plutôt de conspiration, un ''petit groupe qui cherche à mettre à mal les institutions de la République''. Dans une allocution de 40 minutes, le président qui a plusieurs fois employé le mot ou groupe de mots ''mes frères'' s'est expliqué sur ces événements. Ce petit groupe aurait selon le président Déby un bras armé à Korbol (village d'origine de Djibrine Dassert) et une aile en France. Au total, quatre députés, trois généraux, deux journalistes et plusieurs autres personnes sont déjà arrêtés. On se demande bien à quand la fin de ces troubles et à qui cela profite, dans la mesure où la paix souhaitée semble de retour au Tchad et chacun cherche à en profiter pour développer ses petits business? FD.

L'EPEE DE DAMOCLES PLANE SUR TOUT LE MONDE

Hommes politiques, députés, journalistes, ils sont sur l'oeil de cyclône. Depuis la présumée tentative de déstabilisation déjouée le 01 mai 2013, la foudre s'abat sur tout le monde ou presque. Des généraux d'armée sont arrêts, des députés sont aussi arrêtés en dépit de l'immunité parlementaire qui les couvre, car on n'était pas dans un cas de flagrant délit, des journalistes en paient aussi le prix fort: Eric Topona et Avenir De la Tchiré sont à la maison d'arrêt d'Amsinéné (N'Djamena). On n'arrive plus à comprendre ce qui se passe. Pourquoi, c'est alors que le pays a rompu avec la tradition de rébellion armée depuis 2009, que le pays retrouve la voie de la normalisation, que des chantiers sont ouverts partout, que des investisseurs s'invitent au Tchad, que le pays est en paix au point même de jouer les bons offices ailleurs (RCA, Mali), que tout semble normal....qu'on en arrive là? A qui profitent ces troubles? La question reste posée.