samedi 30 juillet 2011

photo




Merci de votre visite sur le blog de Djek.Fr
Posted by Picasa

Formation en blog, 65 personnes venant de plusieurs ONG et institutions ont dit oui.


Voici une photo de famille qui montre que la formation en technique de création et d'animation de blog a bel et bien eu lieu ce samedi 30 juillet 2011 au CEFOD. Beaucoup n'y croyaient pas, se demandaient à quoi ça sert d'avoir un blog. La question ne parâit pas absurde quand on sait que nous sommes dans un pays où Internet est un luxe. Mais le Tchad est mieux quant à l'accès à Internet que certains pays communistes où les gens cherchent en vain à avoir un blog et se faire entendre ou se faire connaître. La qualité des gens à cette formation du 30 juillet 2011 montre le désir qu'éprouvent les Tchadiens de se faire connaître et de mieux faire connaître leurs organisations sur le site web, car un blog est un site web, peut-être de moindre envergure, plus vivant, car on peut y laisser des commentaires et autres qu'un site web en tant que tel. Outres les personnes, il y avait des organisations telles l'Hôpital de la Mère et de l'Enfant, l'Hôpital Général de Référence Nationale (HGRN), la LTDH, Development services (DS), la Librairie la Source, les Editions SAO, le Centre Al Mouna, RPVVIHS, STP, Inadès Formation, EIE, HEC Tchad, Fawe Tchad. Infini remerciement à toutes ces personnes et organisations. Rendez-vous les 2 et 3 septembre 2011 pour la deuxième et dernière promotion à l'issue de laquelle naîtra le réseau des blogueurs tchadiens réunissant toutes les personnes physiques et les organisations représentant. DF.




Posted by Picasa

lundi 25 juillet 2011

Un extrait du compte rendu du SGA, Olivier Ngariri sur le mur du groupe. L'intégralité le mardi 26 juillet 2011. La prochaine rencontre aura lieu, Dieu voulant, le samedi 30 juillet 2011 à 16h00 au restaurant bar la caravelle au quartier Chagoua. L'ordre du jour reste les préparatifs de l'université d'été de la communauté africaine sur facebook (UECAFB), N'Djamena du 8 au 10 septembre 2011. Le respect de l'heure doit être de mise, pas d'heure africaine ou de temps africain, c'est la saison des pluies, il faut venir vite pour libérer les gens. Nous espérons que ceux du comité qui n'étaient pas avec nous à la première rencontre pour diverses raisons pourront nous rejoindre cette fois-ci. C'est important parce que le temps joue contre nous. Ici, vous avez un aperçu du déroulement de la première rencontre. C'est dans une ambiance bon enfant que la rencontre s'est déroulée dans les beaux jardins de la caravelle. l'UECAFB, 1ère édition, c'est pour bientôt!


Merci de votre visite sur le blog de Djek.Fr
Posted by Picasa

samedi 23 juillet 2011

En attendant que le secrétaire général adjoint, Olivier Ngariri ne publie le compte rendu complet de notre première rencontre tenue, hier, vendredi 22 juillet 2011, voici une photo de famille des membres du comité d'organisation de l'UECAFB présents. Sur 30 membres, 13 ont pu effectuer le déplacement, c'est un bon score pour un début et félicitations à tout le monde. D'autres n'ont pas pu ouvrir leur boîte donc ne sont pas informés, ils sont donc excusés. D'autres encore, comme notre soeur Princesse Ziza sont en deuil, l'occasion nous est offerte pour leur présenter nos sincères condoléances, d'autres sont encore à l'étranger et rentreront d'un jour à l'autre. J'espère que la participation sera massive à la 2ème rencontre prévue le samedi 30 septembre 2011 à 16h00 au restaurant bar la Caravelle. En avant, chers amis, compatriotes, amis d'Afrique, l'université d'été de la communauté africaine sur facebook (UECAFB) passe de l'étape de l'idée à la réalité! UECAFB, N'Djamena, 8-10 septembre 2011, vous diriez: j'y étais. D.F
Posted by Picasa

mercredi 20 juillet 2011

A jour J-49, l'UECTFB devient l'UECAFB


Bonsoir, une bonne nouvelle, pour ne pas dire deux. La première, c'est qu'à jour J-49, l'Université d'Eté de la Communité Tchadienne sur Facebook (U.E.C.T.FB) devient Université d'Eté de la Communauté Africaine sur Facebook (U.E.C.A.FB). La raison est simple, nous avons créé avec le très dynamique King Martial un groupe qui regroupe, permettez la répétition, presque 700 personnes, à l'heure où j'écris et ces personnes ne sont pas forcément toutes tchadiennes. L'idée est donc de s'ouvrir aux autres, d'où la référence à notre chère Afrique. Ainsi, les autres membres africains et non africains sont invités à participer à ce grand événement à N'Djamena, les 8, 9 et 10 septembre 2011. Bien sûr, l'UECAFB a son siège à N'Djamena au Tchad, un privilège sans égal pour le pays de Toumaï. L'UECAFB doit être le lieu de rencontre des esprits fertiles et des cerveaux qui ne dorment pas. Nos ambitions ne sont pas démésurées, s'il vous plaît. La deuxième bonne nouvelle, c'est la réduction des frais de participation. Pour une plus grande participation des membres à ce grand forum, les frais d'inscription passeront de 15.000 francs CFA à 10.000 francs CFA pour les travailleurs et de 10.000 francs CFA à 5.000 francs CFA pour les élèves, étudiants et tous ceux qui ne travaillent pas. Nous allons intensifier nos efforts auprès des sponsors pour pouvoir combler le vide qui sera créé. Nous espérons que cela peut aider chacun à être au rendez-vous. Les inscriptions effectives vont commencer après la rencontre du comité d'organisation, prévue le vendredi 22 juillet 2011 à 16h00 au restaurant bar la Caravelle au quartier Chagoua. Ensemble, nous réussirons. Si vous avez des remarques et suggestions, écrivez à: uectfb@gmail.com
Djékombé François, Président fondateur de l'Université d'été de la communauté africaine sur facebook (UECAFB), Président du comité d'organisation de l'UECAFB, 1ère Edition.
Posted by Picasa

mercredi 13 juillet 2011

INSCRIVEZ-VOUS, VOICI LE PROGRAMME DE NOTRE UNIVERSITE D'ETE (N'DJAMENA, 8-10 SEPTEMBRE 2011)

Programme de l’Université d’été de la Communauté Tchadienne sur Facebook (C.O/UECTFB), N’Djamena, 08 au 10 septembre 2011
I.                Voici le comité d’organisation :
1.      Djékombé François : Président 
2.      Mbaiguedem Camus : Vice-président 
3.      Djérobé Dombon Jean : Secrétaire Général  
4.      Olivier Ngariri : Secrétaire Général Adjoint
5.      Evelyne Bouayom : Trésorière Générale  
6.      Mbaïodji isaac : Trésorier Général Adjoint  
7.      Rose Roassim : Chargée des Média et Relations Publiques  
8.      Mahamat Timan Abakar : Chargé des Média et Relations Publiques Adjoint
9.      King Marial : Chargé de la Mobilisation  Sociale
10.   Baharadine Assileck : Chargé de la Mobilisation Sociale Adjoint
11.   Allahissem Miangar : Chargé de Relations avec les Tchadiens de l’Etranger
12.   Mahamat Dady : Adjoint Chargé de Relations avec les Tchadiens de l’Etranger  
13.   Edouard Takadji : Chargé des Activités Culturelles
14.   Rémadji Nina : Chargée des Activités Culturelles  Adjointe
15.   Aguidé Trésor : Chargé des Activités Sportives  
16.   Nahor Mankouna : Chargé des Activités sportives Adjoint
17.   Kodmadjingar André : Chargé de Logistique
18.   Seïadoum Franklin : Chargé de Logistique Adjoint  
19.   Cardinal Emmanuel : Chargé des Projets et Planification Stratégique  
20.   Abia Sokoye : Chargé des Projets et Planification Stratégique  Adjoint
21.   Djimasrangar Ngarimaden Jules : Chargé des Relations avec la Communauté Tchadienne sur Facebook
22.   Daoud Zara Directrice  de Protocole
23.   Djedanoum Doumyol : Chargé de Discipline Interne
24.   Mota Blandine : Chargée d’Animation Culturelle et Sportive
25.   Abdéraman Koulamallah : Conseiller Chargé des Affaires Politiques
26.   Manga Jean Bosco : Conseiller Chargé des Affaires Juridiques
27.   Ricardo Labe Nanadoumngar : Conseiller Chargé des Affaires Culturelles
28.   Cheikh Ahmat Abdelkérim: Conseiller Chargé des Affaires Economiques et Financières
29.   Monodji Fidel : Conseiller Chargé des Relations avec les Blogueurs et les Autres Réseaux Sociaux
30.   Djimadoum Anderson : Conseiller Chargé de Formation et Développement Technologique
II. Les thèmes du forum et les intervenants
Thème 1 : La Jeunesse et l’oisiveté, Dr Sitack Yombatina Beni/Dr Ali Abdéramane Haggar   
Thème 2 : La Jeunesse et la politique, Pr Alpha Oumar Konaré/Dr Mht Seid Abba Zène
Thème 3 : La Presse en ligne, Ahmat Makaïla

Thème 4 : L’Alternance Politique, Dr Gilbert Maoundonodji  
Thème 5 : L’Intégration des personnes handicapées dans la communauté tchadienne, Député Béral Mbaikoubou et Député Abdias Nodjiadjim Laoubaou
Thème 6 : Conflit nord-sud, pure invention politique ou véritable réalité sociale ? Dobian Assingar
Thème 7: La jeunesse et le SIDA, Directeur Général de l'AMASOT
Thème 8 : Les réseaux sociaux : Avantages et inconvénients, M. Koyalta

III.           Dates du forum
Jeudi 08, Vendredi 09 et Samedi 10 septembre 2011

IV.          Les activités :
Journée du Jeudi 08 septembre 2011  (08H00 – 16H00)
-        Accueil des participants et des officiels
-        Cérémonie d’ouverture du forum présidée par le ministre tchadien des NTIC
-        Consignes pratiques
-        Mise en place présidium du forum
-        Forum thème 1
-        Pause café
-        Forum thème 2
-        Pause déjeuné
-        Forum thème 3
-        Synthèse et évaluation de la journée
Journée du Vendredi 09 septembre 2011 (08H00 – 16H00)
-        Accueil participants
-        Rappel journée 1
-        Forum thème 4
-        Pause café
-        Forum thème 5
-        Forum thème 6
-        Pause déjeuné
-        Forum thème 7
-        Forum thème 8
-        Evaluation finale
-        Remise des certificats de participation
-        Cérémonie de clôture
-        Fin du forum
Journée du Samedi 10 septembre 2011
08h00-10h00 Match amical de football entre les membres de la communauté tchadienne sur facebook et le personnel de ‘’Airtel Tchad’’ (téléphonie mobile)
16h à l’aube : Soirée de Gala au Restaurant bar ‘’la Caravelle’’
Au programme 
-        Jeux concours
-        Musique avec les artistes du terroir : Ballet Etoile, Hadre Dounia, Cidson Obama, Kaporal Mastamoun, Audrey Linda Shey, Diego, Razolo, Al Kanto, Laurent ça tourne.
-       
V.             Conditions de participation
-        Etre sur facebook (mais ouvert à tous les Internautes)
-        Frais de participation : Elèves, étudiants et sans emploi :………..…. 10.000 F CFA
-        Fonctionnaires secteurs public et privé…………………………………………15.000 F CFA

VI.          Lieux des manifestations
-        Les 08 et 09 septembre : salle multimédia du CEFOD
-        Le 10 septembre 2011, match terrain Fest’Africain, soirée de Gala à la caravelle
VII.        Contact
Tel. Président comité d’organisation pour toutes informations supplémentaires:
+235 66 21 57 16 / 99 95 51 90 / 77 66 62 25
Email : uectfb@gmail.com
N’hésitez pas, ne ratez pas la plus grande occasion de brassage, d’échanges et de rencontres inédites entre la communauté tchadienne sur Facebook,
N’Djamena, septembre 2011. Merci.
DJEKOMBE FRANCOIS

mardi 12 juillet 2011

Le 29 juin 2011, le président tchadien Idriss Déby Itno inaugurait à Djermaya, localité située à 40 km de N'Djamena, la capitale tchadienne la première raffinerie du pays. 200f CFA départ usine, c'était le prix des produits pétroliers fixés ce jour-là. Deux semaines après, le gouvernement vient de fixer les prix. Le prix de l'essence tourne autour de 360 francs CFA; pas de différence majeure avec le Cameroun voisin où le pétrole vendu dans la ville la plus proche de la capitale coûte 350 francs. C'est dire que si le gouvernement tchadien et les promoteurs de la raffinerie du Tchad ne font pas attention, les Tchadiens continueront à se ravitailler en carburant depuis Kousseri où certains passent l'essentiel de leurs temps. En effet, Kousseri est le lieu de villégiature des Tchadiens par excellence. Il y en a qui y vont simplement passer leur week-end où les hôtels coûtent moins cher. D'autres y vont se ravitailler en produits de tous genres: sucre, savon, lait, gaz, boisson etc. En effet, le Tchad produit du sucre, on peut même dire du bon sucre, mais les Tchadiens préfèrent acheter leur sucre à Kousseri, car ils gagnent en prix. De même, les brasseries du Tchad produisent toutes sortes de boissons sucrées et alcoolisées, mais les Tchadiens, la plupart préfèrent la guiness Cameroun ou la ''33 export'' Cameroun. Comme quoi, le slogan ''consommons local'' n'est pas encore ancré dans les habitudes des Tchadiens. Cependant, il revient au gouvernement et aux sociétés et autres opérateurs économiques de faire en sorte que les populations aient l'envie de consommer les produits ''made in Tchad''. D.F
Posted by Picasa

samedi 9 juillet 2011

Le rôle de la France dans l'expulsion de Hissène Habré

On peut émettre plusieurs hypothèses sur la décision de Maître Abdoulaye Wade, président sénégalais d’expulser l’ancien président tchadien Hissène Habré vers son pays. D’abord, la main de la France derrière cette expulsion. Il y a quelques semaines, Abdoulye Wade a rompu avec ses pairs de l’Union Africaine qui prônaient le dialogue comme solution du problème libyen en se faisant escorter par des mirages français jusqu’à Benghazi, Q.G des rebelles qui combattent le guide de la révolution, Muammar Kadhafi. Ce déplacement de Wade est jugé trop insolent et injurieux par d’autres chefs d’Etat, mais apprécié par les autorités françaises, surtout le président Nicolas Sarkozy qu’on peut qualifier de parrain des rebelles du CNT. Du coup, la France et le Sénégal accusent le Tchad de soutenir Kadhafi. Il fallait donc faire payer à Idriss Déby Itno son audace, en lui envoyant deux signaux forts : D’abord, lui annoncer le retrait de la force française de « l’opération épervier » qui l’a toujours soutenu et sans laquelle il ‘’n’est rien’’. Ensuite, il faut l’acculer, lui signifier 24h après cette annonce déjà très troublante, l’arrivée chez lui d’un visiteur indésirable : son ennemi juré, Hissène Habré. Ce dernier coule des jours heureux, depuis sa chute le 1er décembre 1990, à Dakar au Sénégal. Pourquoi maintenant et pas avant ? Pourquoi, attendre 10 ans après les poursuites contre M. Habré pour enfin décider de l’expulser ? Il y a certainement anguilles sous roche.
La deuxième hypothèse, c’est que le président Déby pourrait décider de se moquer des Tchadiens en faisant croire à tout le monde qu’il peut juger M. Habré. Déjà, M. Abdéramane Djasnabaille, ministre des droits de l’homme et l’avocat de l’Etat tchadien, Me Jean-Bernard Padaré clament haut et fort que la justice tchadienne peut valablement juger H.H. Mais, il est sérieusement permis de douter pour plusieurs raisons :
- Il n’y a aucun lieu de sécurité pour garder M. Habré s’il est extradé au Tchad
- Et même s’il existe une forteresse, l’ethnie de Habré (les Goranes) pourraient être tentée d’engager des actions violentes pour le libérer, depuis l’annonce vendredi 08 juillet 2011 de son arrivée au Tchad, certains rêvent même du retour aux affaires de l’ancien maître du Tchad. c’est une situation extrêmement dangereuse qu’il faut savoir gérer.
- Le président Déby avait collaboré avec H.H avant d’entrer en disgrâce avec lui. Aussi, certains hauts dignitaires du régime Habré qui ont sévi pendant les années glorieuses de la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS), la police politique de M. Habré sont encore actifs, je veux dire en fonction surtout dans les renseignements et la sécurité. Sachant que l’affaire Habré pourrait les éclabousser, M. Habré pourrait être empoisonné et tué en prison afin d’étouffer toute poursuite contre lui, et par ricochet contre ses complices et acolytes.
- Le dernier élément de la réflexion, c’est que le président Déby peut jouer au champion de la paix retrouvée, de l’unité et de la réconciliation nationale en faisant semblant d’arrêter dans un premier temps Habré, ensuite le gracier. Ce cas serait l’insulte la plus grave envers les victimes de Habré qui attendent depuis le déclenchement de la procédure contre HH que justice et réparation soient faites. Il est fort à parier que la justice tchadienne est incompétente pour juger Habré, car c’est une justice aux ordres, un autre régime pourrait juger HH, mais pas le régime actuel à cause de ses implications dans les tortures, massacres et assassinats perpétrés sous le règne de Habré. ‘’l’Arche de Zoé’’ est un exemple palpable de l’incompétence de la justice tchadienne de trancher un tel problème à connotation hautement politique. Nicolas Sarkozy était venu obliger les magistrats à bosser même les dimanche afin de libérer très rapidement les membres de l’Arche de Zoé emprisonnés dans le pays des nègres.
Les jours à venir s’annoncent mauvais et très dangereux pour le peuple tchadien. La paix sera menacée, la cohésion sociale aussi et un bouleversement total de l’ordre établi n’est pas à exclure. D.F

vendredi 8 juillet 2011

Wade décide-t-il d'extrader H.H vers le Tchad?

Des rumeurs circulent à N'Djamena sur une probable expulsion de l'ancien dictateur tchadien Hissein Habré vers le Tchad. Abdoulaye Wade décide-t-il enfin d'extrader H.H? Renversé en 1990 par Idriss Déby, Hissein qui avait dirigé le Tchad d'une main de fer pendant 8 ans vit depuis ce temps à Dakar au Sénégal. Ces derniers temps, des pressions énormes se font sur le président Wade qui ne sait plus sur quel pied danser avec l'affaire Habré. D'abord, Wade est tourmenté par ses propres remous sociaux, ensuite vient l'éternel problème Habré. Les organisations de défense des Droits de l'Homme souhaitent que le Sénégal qui se dit incompétent pour juger le dictateur tchadien l'extrade vers la Belgique, mais je pense que Wade veut donner une autre leçon aux Tchadiens, il se dit, bon, comme vous voulez votre Habré, je vous le donne. H.H arriverait à N'Djamena lundi prochain, 11 juillet 2011. Vrai ou faux? Attendons de voir, mais toujours est-il que H.H est devenu une patate chaude entre les mains de Wade, qu'il est prêt à deposer n'importe où, Sachant très bien qu'un soulèvement est possible au Tchad, si on amène H.H dans les conditions actuelles, Wade veut ainsi répondre de manière maladroite à l'Union africaine qui, lors de son dernier sommet de Malabo en Guinée Equatoriale, a insisté pour que le Sénégal règle le cas Habré. Wade n'a pas pris part à ce sommet, préoccupé par ses propres problèmes. Habré encombrant pour le Sénégal, quel sera son sort une fois au Tchad? Etablit-on de parallèle avec Laurent Gbagbo emprisonné dans son pays en attendant la justice internationale? Le cas Habré et le cas Gbagbo ne sont pas pareils. Comparaison n'est pas rasion, dit-on. D'un point de vue politique, stratégique, social et judiciaire, le Tchad serait-il prêt à ''prendre'' et faire juger H.H de manière équitable? Personnellement, je ne crois pas pour le moment à cette extradition, mais l'information est la chose la mieux partagée, donc voilà.

dimanche 3 juillet 2011

La première raffinerie du Tchad est sortie du sol...

La raffinerie de Djermaya est née Le 29 juin 2011, le président tchadien Idriss Déby Itno inaugurait à Djermaya, localité située à une quarantaine de km de N'Djamena, la capitale, la première raffinerie du pays. L'espoir que cette raffinerie fait naître auprès des populations est très grand. En effet, le Tchad exporte le pétrole depuis octobre 2003, mais dépend à 100% des produits pétroliers de ses voisins camerounais et nigérians. Grâce à la coopération bilatérale entre le Tchad et la Chine que les deux parties qualifient de partenariat gagnant-gagnant, cette raffinerie est née. Le coût de la construction, 588 millions d'euro (soit environ 385 milliards de francs CFA). Le Tchad détient 40% des parts du consortium contre 60% à la Chine. Dans un discours de 20 minutes prononcé à l'occasion, l'Ambassadeur de Chine au Tchad, Yang Guangyu a ''chargé'' ceux qui accusent son pays de trop s'intéresser aux matières premières du continent africain. Si seulement, ces gens savent que seulement 13% du pétrole africain va vers la Chine, ils reconnaitraient que leurs accusations sont mal fondées et impartiales, s'est exclamé le diplomate chinois. Quant aux produits de cette raffinerie, c'est encore trop tôt de crier victoire, néanmoins les Tchadiens seront fiers d'avoir leur raffinerie qui utilise à 100% le brut ''made in Chad''. En effet, grâce à un pipeline long de 311 km, le pétrole quitte le sud de Bongor pour alimenter la raffinerie. Les produits de la raffinerie (pétrole lampant, gaz, essence, kérosène etc.) seront vendus sur le marché tchadien et l'excédent destiné au marché de la sous-région. De même, une partie du brut sera destiné à l'exportation, d'où la nécessité d'engager des négociations avec l'américain Exxonmobil qui exploite le brut de Doba pour voir la faisabilité de raccorder les deux champs pérolifères distants d'environ 400 km. Si les Tchadiens se réjouissent d'avoir une raffinerie, presque une semaine après son inauguration par le président de la République, on ne voit encore rien sur le marché; seul le prix a été fixé: 200 F CFA, départ usine. Beaucoup de Tchadiens sont pessimistes quant au profit à tirer de cet or noir. Ils doutent surtout de la capacité du président de la République à faire respecter par les commerçants ce prix provisoire de 200f qu'il a lui-même fixé le 29 juin 2011 pour une période de 90 jours. On attend donc de voir effectivement sur le marché les produits de la raffinerie de Djermaya pour davantage s'en convaincre. En tout cas, wait and see. Djékombé François.

samedi 2 juillet 2011

Sommet UA: Khadafi a volé la vedette à la jeunesse africaine

Les chefs d'Etat de l'Union africaine en sommet à Malabo en Guinée Equatoriale avaient pour but de se pencher sur les problèmes de la jeunesse africaine. Les statistiques ont prouvé que 3/4 des jeunes africains sont au chômage. Le népotisme, le régionalisme, l'ethnocentrisme, la gabegie, la corruption, etc. sont des maux qui minent nos pays et empêchent nos gouvernements d'examiner le sort de la jeunesse africaine abandonnée à la merci de la nature. Ce sont ces maux justement qui ont provoqué des ''révolutions populaires'' dans le monde arabo-musulman: Tunisie, Egypte, Yemen, Syrie, Maroc (dans une moindre mesure, Libye (c'est un cas exceptionnel.) Malheureusement, les chefs d'Etat présents au sommet n'ont pas examiné comme il se le doit le sort de la jeunesse africaine. Les khadafistes et les anti-khadafistes se sont engagés dans un grand duel à huis-clos. La conclusion, on la connait. Je ne m'oppose pas forcément à cette conclusion, car le rôle de l'OTAN et du CNT en Libye, et le rôle de la France laissent à désirer dans ce pays. Mais ma préoccupation est celle-ci: que fait-on de la jeunesse? Oui, Quelle solution apporte-t-on à la jeunesse tchadienne, à la jeunesse africaine pour ne pas que le virus qui attaque les pays arabes ne descende en Afrique noire? Déjà, le Burkina a bougé un tout petit peu, le Sénégal aussi est en train de bouger. Mais alors, que fait-on pour limiter les dégâts chez nous si ce n'est éviter les dégâts collatéraux émanant de nos voisins? Le cas du Tchad est bien singulier. Nous vivons dans une monarchie qui a avalé une bonne dose de démocratie. Ailleurs, il y a ce qu'on appelle le parlement de la jeunesse, ici, on a simplement le parlement des enfants, caché sous les ''aisselles'' du ministère de l'action sociale et de la famille. Les enfants, non, ils ne savent rien, on peut facilement les manipuler, leur mettre la parole dans la bouche, mentir à leur place, vivre sur leur dos, mais la jeunesse, attention!!! Les jeunes d'aujourd'hui savent trop revendiquer, dès qu'on va mettre sur pied le parlement de la jeunesse au Tchad, le gouvernement est foutu! Parce que la jeunesse, ça réfléchit, ça sait revendiquer. Les enfants, on peut facilement les calmer avec des bonbons, mais les jeunes, ce n'est pas le cas. Voilà, de mon point de vue, la principale raison qui empêche le gouvernement tchadien de mettre sur pied le parlement de la jeunesse comme ça se fait dans d'autres pays. Et lors du récent sommet de Malabo, on a bien compris que la parole a été donnée à la jeunesse, même si au finish ses préoccupations n'ont pas été prises en compte. Tchad, pays exportateur de pétrole, Tchad, grand pays d'élévage, Tchad pays de raffinerie, bientôt Tchad pays de cimenterie, de jus de fruits, etc.etc. etc. Mais allez-y compendre quelque chose: Qui s'occupe de la jeunesse tchadienne? Faites un tour dans l'administration et dites-moi qui sont ceux qui occupent les bureaux? Je suis persuadé que si ceux qui nous dirigent depuis 20 ans songent donner honnêtement de l'emploi à la jeunesse tchadienne, aucun jeune tchadien diplômé ne connaîtra le chômage, compte tenu de notre petit nombre et de l'énormité des travaux et projets en cours d'exécution dans le pays, mais le Tchad reste le Tchad, le Tchad de Tombalbaye, le Tchad de Malloum, le Tchad de Lol Choua, le Tchad de Goukouni, le Tchad de Hissein Habré et le Tchad de Idriss Déby, pareil! Aucune différence dans le système. Ainsi va mon Tchad. Alors ma jeunesse, si tu as des yeux pour pleurer, pleure, pleure fort, très fort, mais sois rassurée, personne ne viendra essuyer tes larmes.