dimanche 3 juillet 2011

La première raffinerie du Tchad est sortie du sol...

La raffinerie de Djermaya est née Le 29 juin 2011, le président tchadien Idriss Déby Itno inaugurait à Djermaya, localité située à une quarantaine de km de N'Djamena, la capitale, la première raffinerie du pays. L'espoir que cette raffinerie fait naître auprès des populations est très grand. En effet, le Tchad exporte le pétrole depuis octobre 2003, mais dépend à 100% des produits pétroliers de ses voisins camerounais et nigérians. Grâce à la coopération bilatérale entre le Tchad et la Chine que les deux parties qualifient de partenariat gagnant-gagnant, cette raffinerie est née. Le coût de la construction, 588 millions d'euro (soit environ 385 milliards de francs CFA). Le Tchad détient 40% des parts du consortium contre 60% à la Chine. Dans un discours de 20 minutes prononcé à l'occasion, l'Ambassadeur de Chine au Tchad, Yang Guangyu a ''chargé'' ceux qui accusent son pays de trop s'intéresser aux matières premières du continent africain. Si seulement, ces gens savent que seulement 13% du pétrole africain va vers la Chine, ils reconnaitraient que leurs accusations sont mal fondées et impartiales, s'est exclamé le diplomate chinois. Quant aux produits de cette raffinerie, c'est encore trop tôt de crier victoire, néanmoins les Tchadiens seront fiers d'avoir leur raffinerie qui utilise à 100% le brut ''made in Chad''. En effet, grâce à un pipeline long de 311 km, le pétrole quitte le sud de Bongor pour alimenter la raffinerie. Les produits de la raffinerie (pétrole lampant, gaz, essence, kérosène etc.) seront vendus sur le marché tchadien et l'excédent destiné au marché de la sous-région. De même, une partie du brut sera destiné à l'exportation, d'où la nécessité d'engager des négociations avec l'américain Exxonmobil qui exploite le brut de Doba pour voir la faisabilité de raccorder les deux champs pérolifères distants d'environ 400 km. Si les Tchadiens se réjouissent d'avoir une raffinerie, presque une semaine après son inauguration par le président de la République, on ne voit encore rien sur le marché; seul le prix a été fixé: 200 F CFA, départ usine. Beaucoup de Tchadiens sont pessimistes quant au profit à tirer de cet or noir. Ils doutent surtout de la capacité du président de la République à faire respecter par les commerçants ce prix provisoire de 200f qu'il a lui-même fixé le 29 juin 2011 pour une période de 90 jours. On attend donc de voir effectivement sur le marché les produits de la raffinerie de Djermaya pour davantage s'en convaincre. En tout cas, wait and see. Djékombé François.