mardi 12 juillet 2011

Le 29 juin 2011, le président tchadien Idriss Déby Itno inaugurait à Djermaya, localité située à 40 km de N'Djamena, la capitale tchadienne la première raffinerie du pays. 200f CFA départ usine, c'était le prix des produits pétroliers fixés ce jour-là. Deux semaines après, le gouvernement vient de fixer les prix. Le prix de l'essence tourne autour de 360 francs CFA; pas de différence majeure avec le Cameroun voisin où le pétrole vendu dans la ville la plus proche de la capitale coûte 350 francs. C'est dire que si le gouvernement tchadien et les promoteurs de la raffinerie du Tchad ne font pas attention, les Tchadiens continueront à se ravitailler en carburant depuis Kousseri où certains passent l'essentiel de leurs temps. En effet, Kousseri est le lieu de villégiature des Tchadiens par excellence. Il y en a qui y vont simplement passer leur week-end où les hôtels coûtent moins cher. D'autres y vont se ravitailler en produits de tous genres: sucre, savon, lait, gaz, boisson etc. En effet, le Tchad produit du sucre, on peut même dire du bon sucre, mais les Tchadiens préfèrent acheter leur sucre à Kousseri, car ils gagnent en prix. De même, les brasseries du Tchad produisent toutes sortes de boissons sucrées et alcoolisées, mais les Tchadiens, la plupart préfèrent la guiness Cameroun ou la ''33 export'' Cameroun. Comme quoi, le slogan ''consommons local'' n'est pas encore ancré dans les habitudes des Tchadiens. Cependant, il revient au gouvernement et aux sociétés et autres opérateurs économiques de faire en sorte que les populations aient l'envie de consommer les produits ''made in Tchad''. D.F
Posted by Picasa