dimanche 2 juin 2013

''OUBLIONS LE PETROLE, RETOURNONS A LA TERRE''

''Oublions le pétrole, retournons à la terre'', tel est le slogan de la fête de la jeunesse tchadienne organisée par les autorités. Dix ans presque après l'exploitation du brut de Doba, celui-ci n'est pas en mesure d'offrir de l'emploi aux jeunes. La corruption, la concussion, la mauvaise gouvernance, les détournements, le népotisme ...sont les maîtres-mots qui empêchent les autorités tchadiennes  de prendre en compte les besoins de ''leur jeunesse''. Oublions le pétrole, retournons à la terre sonne comme un aveu d'échec et d'impuissance. Comment peut-on oublier le pétrole alors qu'avec cet argent de pétrole, des hommes qu'on ne connaitrait peut-être jamais, mais à cause de leur appartenance à la tribu au pouvoir gonflent le dos sur les autres tchadiens avec un enrichissement illicite qui atteint le sommet et une insolance sans égale? Comment demander à la jeunesse de repartir à la terre alors qu'elle n'a pas accès à cette terre et que les éleveurs, soutenus par cette race de dirigeants au pouvoir oppriment chaque jour les agriculteurs? La population tchadienne est sans doute victime de son imbécilité et de sa complicité active et passive avec le régime en place, regardant et laissant les choses se pourrir. Les moutons de Panurage, il n'en existe pas seulement dans la mythologie grecque. FD.