vendredi 19 août 2011

Les 4 petits defis qui attendent le gouvernement de Nadingar II

Le gouvernement, constitué le 17 août 2011 s'est réuni ce matin en conseil exraordinaire des Ministres à la présidence de la République. Qu'est-ce que les Tchadiens doivent attendre de ce gouvernement? Des choses simples mais capitales pour la survie de l'homme à mon humble avis: de l'eau, de l'électricité, du gaz, un habitat décent. De l'eau, parce que depuis un certain temps, le choléra sévit à N'Djamena et tarde à quitter notre cité parce qu'il a trouvé ici un terrain qui lui est favorable. De l'électricité, parce qu'on croyait qu'après l'inauguration de la raffinerie de Djermaya par le président de la République, le problème d'électricité n'allait plus se poser. Depuis un certain temps, le gazoil dont ont besoin les grands groupes de la Société Nationale d'Electricité (SNE) est disponible, sur le marché, mais N'Djamena demeure l'une des villes les moins éclairées de l'Afrique. On en arrive à s'interroger, à se demander sans cesse ce qui ne va pas avec le problème d'électricté au pays de Toumaï! Les N'Djamenois étaient très contents quand on leur a dit que la raffinerie de Djermaya va donner à la SNE 20 Megawatts pour couvrir les besoins de la ville en énergie électrique, mais rien. C'est le désepoir de cause le plus total. Du gaz, parce qu'on nous a aussi dit que le pétrole sort ensemble avec le gaz, on nous a dit qu'on ne connaîtra plus le problème de gaz. Mais rien n'est encore fait dans ce domaine et on dépend toujours du gaz camerounais ou nigerian. Un habitat décent, c'est certainement la chose la plus difficile à demander au gouvernement d'Emmanuel Nadingar II, parce que ça serait trop prétentieux, trop oser de demander à un gouvernement de construire une maison pour chaque tchadien. Mais au moins, ce que le gouvernement peut faire, c'est d'améliorer les conditions de vie des Tchadiens par la promotion de l'emploi, l'encouragement des initiatives privées etc. afin que chacun se crée une richesse et réussisse à combler ses petits besoins tout en participant à la vie économique, sociale, culturelle et politique du pays. C'est à prix, et à ce prix seul qu'on pourra faire moins de mécontents dans ce pays, et sans toutefois espérer contenter tout le monde, rendre quand même un minimum de service au plus grand. DF.



Posted by Picasa